fbpx

Après avoir subi un traumatisme, il est normal de se sentir triste, effrayé, fâché, anxieux ou déprimé. Chez plusieurs personnes, ces sentiments s’atténuent graduellement. Toutefois, si ces sentiments ne s’atténuent pas, s’ils augmentent ou si l’individu se sent enlisé dans une sensation permanente de danger et dans des souvenirs pénibles, il se peut qu’il ou elle souffre du trouble de stress post-traumatique (TSPT).

Qu’est-ce que le trouble de stress post-traumatique?

Le trouble de stress post-traumatique peut naître d’un événement traumatique comme une agression, un désastre naturel, des mauvais traitements ou une maladie grave. Souvent, à la suite d’un traumatisme, l’individu peut commencer à se couper de ses émotions, ce qui le mène à s’éloigner de ses proches, l’isolant davantage. Si cela continue sur une longue période de temps, il ou elle peut même en arriver à nier que le stresseur s’est produit.

Après une expérience traumatique, l’esprit et le corps sont sous le choc. Néanmoins, avec le temps, le corps et l’esprit commencent à déchiffrer ce qui s’est passé, et l’individu commence à confronter ses émotions et à se sortir lentement de l’état de choc et de l’incrédulité. Cet « éloignement » peut se produire des heures, des jours, des semaines, voire des mois après l’événement. Un individu qui souffre du trouble de stress post-traumatique (TSPT), par contre, demeure en état de choc psychologique. Ses souvenirs de l’événement et les sentiments qui s’y rattachent sont dissociés. Dans certains cas, les effets du TSPT ne durent pas longtemps; dans d’autres cas, cela peut devenir un problème chronique pouvant durer des années, et même jusqu’à la fin de la vie de l’individu atteint. Afin de surmonter le traumatisme, il est important de faire face à ses souvenirs et ses émotions, et de les ressentir.

Les symptômes du TSPT

Les symptômes du trouble de stress post-traumatique (TSPT) peuvent survenir subitement, graduellement, ou se manifester par poussées. Dans certains cas, les symptômes émergent sans raison apparente. Dans d’autres cas, ils sont déclenchés par quelque chose qui évoque l’événement traumatique, par exemple un bruit, une image, certains mots ou une odeur. Voici certains des symptômes les plus communs :

  • Cauchemars ou pensées récurrents sur un événement traumatique
  • Difficulté à dormir et à manger
  • Anxiété ou peur dans des situations qui ressemblent au traumatisme
  • Hyperexcitation et hypervigilance en tout temps
  • Dépression et tristesse
  • Faible niveau d’énergie
  • Perte de mémoire, surtout en ce qui a trait à l’événement traumatique qui a causé la condition
  • Perte de concentration au travail et dans les activités quotidiennes
  • Difficulté à prendre des décisions
  • Indifférence émotionnelle
  • Repli sur soi; détachement de la vie et d’autrui
  • Crainte démesurée pour la sécurité de ses proches et besoin extrême de les protéger
  • Fuite devant les gens, les endroits et les activités qui lui rappellent l’événement.

Est-ce que je suis à risque?

Quoiqu’il soit impossible de prédire qui développera le TSPT et qui sera capable de composer avec l’expérience traumatique et de la surmonter, il existe des facteurs de risque qui augmentent la vulnérabilité. Certains de ces risques ont trait au type de traumatisme : si le traumatisme comportait une menace de mort ou portait atteinte à votre sécurité personnelle, ou encore si l’expérience traumatique a eu lieu sur une longue période de temps, il y a plus de chance que vous développiez le TSPT. Des actes intentionnels de violence, comme le viol et l’agression, tendent à augmenter le risque de TSPT, comparativement aux catastrophes naturelles ou « actes de la nature ». Des antécédents traumatiques, comme les mauvais traitements ou la négligence subis pendant l’enfance, augmentent aussi le risque. Au contraire, un système de soutien solide formé de parents et d’amis diminue vos chances que les réactions normales au traumatisme se transforment en TSPT.

Qu’est-ce que je peux faire?

Pour toute personne qui a fait l’expérience d’un traumatisme, l’étape la plus importante du processus de rétablissement est d’obtenir de l’aide. Bien que les sentiments, les émotions et les répercussions liées au traumatisme soient des réactions « normales » à une situation « anormale », le fait de confronter l’expérience, d’en parler et de composer avec elle vous aidera à progresser de façon positive et saine. Au lieu d’éviter le traumatisme et tout ce qui vous le rappelle, le traitement vous aidera à vous en souvenir et à confronter les émotions et les sensations que vous avez eues lors de l’événement initial. Le traitement vous permet d’exprimer les émotions que vous aviez réprimées. Cela vous aidera à rétablir votre sentiment de contrôle et à réduire l’emprise que le souvenir du traumatisme a sur votre vie.

 

Pour en apprendre davantage sur le TSPT, joignez-vous à nous les 6 et 7 juin 2013 alors que nous accueillerons Dre Anna Salter. Spécialiste dans le domaine de la violence sexuelle, des délinquants sexuels et de la victimisation, Dre Salter animera un atelier intitulé Sex Offenders and Victims: Current Trends.